Garde Volontaire : Différence entre versions

De WikiField
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligne 206 : Ligne 206 :
 
Forte de sa longue expérience guerrière, de ses nombreuses campagnes et de son organisation inégalée; la garde se rapprocha plus que jamais de son objectif d'assurer une paix totale et définitive pour les populations civiles, au dessus desquelles s’élevait à présent un bouclier de géant.<br>
 
Forte de sa longue expérience guerrière, de ses nombreuses campagnes et de son organisation inégalée; la garde se rapprocha plus que jamais de son objectif d'assurer une paix totale et définitive pour les populations civiles, au dessus desquelles s’élevait à présent un bouclier de géant.<br>
 
Le 40 Panévard de l'an 275, passant les troupes des nouveaux corps d'armée en revue, le maréchal Zorn eut ces mots au maréchal Pencroff: "L'aube a été longue, mais ce zénith, lui, sera éternel".<br>
 
Le 40 Panévard de l'an 275, passant les troupes des nouveaux corps d'armée en revue, le maréchal Zorn eut ces mots au maréchal Pencroff: "L'aube a été longue, mais ce zénith, lui, sera éternel".<br>
 
  
 
En 278, l'état-major général de la Garde reçoit à Fort Herobrine les dignitaires de la [[République de Freiwald]] afin de mettre en place un traité de paix, et poser les bases d'une coopération militaire. Cette réunion donne naissance au '''Traité des frontières''', et pose les bases d'une nouvelle relation interarme entre les deux puissances. Afin de faciliter de possibles futures opérations conjointes, la Garde et la république de Freiwald s'accordèrent à entreprendre des manœuvres d'exercice mettant leurs forces à l'épreuve dans une coopération opérationnelle grandeur-nature. Pour faciliter le commandement des forces et leur action en synergie, le maréchal Pencroff met en place un référentiel de sigles destiné à représenter les types d'unités sur les ordres de batailles et les cartes de campagne. Ce référentiel, nommé '''RIP-278''' pour "Référentiel Interarme de Pencroff, version 278" fut ensuite présenté aux armées de Freiwald. Outre ces considérations tactiques, La garde et la République s'ouvrirent également leurs ports, afin de faciliter le transit et le ravitaillement de leurs flottes militaires respectives. Enfin, un programme d'échange d'officiers de liaison et d'élèves officiers entre les diverses écoles militaires du traité furent organisé.<br>
 
En 278, l'état-major général de la Garde reçoit à Fort Herobrine les dignitaires de la [[République de Freiwald]] afin de mettre en place un traité de paix, et poser les bases d'une coopération militaire. Cette réunion donne naissance au '''Traité des frontières''', et pose les bases d'une nouvelle relation interarme entre les deux puissances. Afin de faciliter de possibles futures opérations conjointes, la Garde et la république de Freiwald s'accordèrent à entreprendre des manœuvres d'exercice mettant leurs forces à l'épreuve dans une coopération opérationnelle grandeur-nature. Pour faciliter le commandement des forces et leur action en synergie, le maréchal Pencroff met en place un référentiel de sigles destiné à représenter les types d'unités sur les ordres de batailles et les cartes de campagne. Ce référentiel, nommé '''RIP-278''' pour "Référentiel Interarme de Pencroff, version 278" fut ensuite présenté aux armées de Freiwald. Outre ces considérations tactiques, La garde et la République s'ouvrirent également leurs ports, afin de faciliter le transit et le ravitaillement de leurs flottes militaires respectives. Enfin, un programme d'échange d'officiers de liaison et d'élèves officiers entre les diverses écoles militaires du traité furent organisé.<br>

Version du 19 septembre 2021 à 23:27

Garde Volontaire
Illustration.
Description Force militaire au service de l'Empire Stendelien
Monde Stendel, New-Stendel, Nabes, Nimps, Novum
Existence Fondation post guerre civile
Fondateur Pencroff
Alignement Impérial
Langues Stendelien
Personnages illustres Ghideon Zorn, Thalkion, Wariow, Wendy Marvel, Jihair, Darkalne
Gentilé Garde


Description

Le maréchal Zorn et le maréchal Pencroff, le commandant de la garde et son fondateur

La Garde Volontaire

La Garde Volontaire est une Force Militaire d'allégeance Impériale fondée le 22 Radévard de l'an 135. Il s'agit d'un Ordre composé de forces terrestres et navales, et dont l'état-major se situe actuellement à Fort Herobrine. La Garde Volontaire est actuellement commandée par le Maréchal d'Empire Ghideon Zorn.

La Garde Volontaire est majoritairement présente sur Stendel où elle gouverne les territoires de Fort Herobrine, l'Arsenal de Middenheim, de Tolwhig, de la Prison de Terre-Morne et de Novi. Les Forces Terrestres de la garde volontaire sont commandées par le Maréchal Zorn. Les Forces Navales de la garde volontaire sont commandées par l'Amiral Wariow.

La Garde Volontaire fait partie de l'Alliance de la Grande Armée, avec le Royaume de Dolgarund et la cité savante d'Arcahelm.

Doctrine

La Garde Volontaire a juré allégeance à l'Empire de Stendel. Elle ne reconnait que cette autorité et ne répond que devant elle.
Les troupes de la garde ont pour mission de protéger les population impériales contre toutes les menaces qui pourraient planer sur elles. La Garde ne s'accord aucun autre objectif ni aucune autre préoccupation que la sécurité des populations civiles impériales, et seulement impériales. Les gardes volontaires ne s'épargneront aucun mal et aucune peine dans l'accomplissement de cette mission, quitte à prendre toutes les mesures qui s'imposeront à eux; aussi radicales soient-elles.

La Garde Volontaire ne reconnait aucun culte et aucune divinité. Elle ne prend aucun autre parti que celui de l'empire, et ne s'accord pas de se mêler à des considérations politiques. Tout ce qui pourrait détourner les gardes de leur mission est considéré comme nuisible. Tout ce qui ne concerne pas la protection des populations et l'anéantissement du mal est considéré comme futile et relégué au second plan.
Seule la mission est sacrée.

Les Rangs de la Garde Volontaire sont ouverts à tous les résidents de Stendel, pour peu qu'ils soient fidèles à l'empire.
La Garde ne fait donc aucune distinction de rang social, de race ou d'espèce, de sexe ou d'origine: tous les volontaires peuvent entrer dans la troupe. Dans cette même logique, il n'est pas rare que d'anciens forçats ou que des criminels de droit commun rejoignent les rangs sous une identité déclarée, en quête d'absolution et de rédemption. Une fois intégré dans les rangs, les soldats sont soumis à une formation initiale stricte et à une discipline ferme. À partir de ce moment, ils ne seront plus jugés qu'en fonction de leur bravoure et de leur mérite.

Entrainement et instruction

Les quatre généraux de corps d'armée: Wendy Marvell, Jihair Glavallis, Halwynt Thalkion et Darkalne Kharantdeu

Les troupes de la Garde Volontaire sont professionnelles. Chaque soldat reçoit une instruction basique lors de son incorporation, au cours d'une période appelée "classes". Cette première formation, qui pose les bases du métier de soldat, est suivie par une seconde formation de "spécialité" à Fort Herobrine pour les unités d'infanterie, à Tolwhig pour les unités de cavalerie, à Novi pour les unités du génie et du train et à Middenheim pour les unités d'artillerie et de marine.

Outre ces formations initiales, les soldats ont le devoir de maintenir un niveau d'entrainement soutenu tout au long de leur carrière. la pratique de sports de combat est obligatoire, de même que celle de sports d'endurance; et ce aussi fréquemment que possible. L'encadrement de ces exercices est assuré par les caporaux et les sergents, et des compétitions amicales entre régiments ou compagnies sont souvent organisées.
En temps de paix, les états-majors ne doivent pas rester oisifs non plus. Tous les ans, de "grandes manœuvres" sont organisées afin de tester l'opérabilité des troupes et de les mettre en condition de campagne. Deux camps sont alors créés, souvent à partir des divisions d'infanterie; et ces derniers s'affrontent dans une série de mouvements similaires à ceux d'une campagne. Si les cartouches ne contiennent que de la poudre et si les baïonnettes sont feutrées, ces entrainements permettent de mettre à l'épreuve les chaines de commandement et de logistique, et d'entrainer les unités à se déployer dans divers contextes.

Au delà des formations opérationnelles, la garde volontaire dispose également de sa propre Ecole Militaire destinée à former les officiers de la garde. Seul le passage par cette école permet d'obtenir une lieutenance, charge obligatoire pour être inscrit parmi les cadres d'active et être éligible à l'avancement.
Au cours de leur carrière, les officiers sont appelés à revenir plusieurs fois sur les bancs de cette école. Les capitaines peuvent y passer un "brevet d'état-major", sésame nécessaire pour accéder au grade de commandant. Les colonels, eux, viennent y suivre le cursus de "l'école de guerre" qui leur permettra de devenir généraux de brigade.
Outre ces "points de passage" obligatoires, il existe de nombreuses formations facultatives, parfois ouvertes aux sous-officiers. Stratégie, tactique, géographie, langues étrangères, mathématiques... Autant de domaines utiles aux sciences de la guerre et dont les leçons sont souvent données par des sages de la cité d'Arcahelm, entre autres.

Territoires

Les territoires de la Garde s'étendent sur tous les mondes sous influence impériale. Ils se concentrent principalement au Sud de Stendel, la région d'origine de la Garde.

  • Stendel

- Fort Herobrine : Fort Herobrine est le territoire mère des troupes terrestres. C'est dans ce désert que la Garde a vu le jour. Ainsi, son GQG y est encore stationné.
- Arsenal de Middenheim : L'Arsenal de Middenheim[1] est le territoire-mère des forces navales. Toute la flotte y est construite et l'armement de la Garde assemblé (canons, sabres et mousquets).
- Prison de Terre-Morne : Le Purgatoire de Terre-Morne[2] est la prison officielle de la Garde. Elle renferme des centaines de prisonniers, enfermés à vie ou jusqu'à prononciation de la peine de mort. Si beaucoup de personnes ont été enfermées à Terre-Morne, aucune n'en est ressorti vivante.
- Préfecture de Tolwhig : Tolwhig[3] est une région civile ayant été mise sous tutelle de la Garde suite à la Campagne de Tolwhig. L'état-major de cavalerie y est stationné.
- Préfecture de Novi : Novi[4] est une région civile ayant été mise sous tutelle de la Garde suite à la fuite du seigneur local et à la demande de la population.

  • New-Stendel

- Caserne sur la demeure de Stearnz : Cette petite caserne offerte à la Garde par le gouverneur Stearnz est constituée d'un ensemble de bâtiments et d'une cour. Elle Sert de point de passage aux patrouilles du Sud et de l'Ouest.
- Bagne de Mirovitch: Petite forteresse isolée dans des terres glacées du nord de New Stendel, destinée à recevoir des bagnards pour y travailler dans une exploitation forestière, et parfois à former des soldats.

  • Nimps

- Fort Ehver : Le Fort Ehver[5] est un fort situé en pleine mer. Il abrite les différentes cultures et élevages de la Garde, utilisées à des fins commerciales. L'argent gagné est ajouté au budget alloué par l'Empire.

  • Nabes

- TCM company : La TCM company[6] est une compagnie minière dont le territoire (du même nom) est situé sur Nabes. A l'origine créée par Sir Rocky, elle est depuis peu sous la direction de l'Amiral Wariow, et donc sous la tutelle de la Garde.

Faites d'armes

Campagnes menées par la Garde Volontaire

H1 drapeau de la garde 1.png

- Pacification des Terres du Sud
- Prohibition de la magie noire
- Campagne de Kel'Daer
- Campagne de Tolwhig
- Campagne des frontières
- Campagne d'Asayaka
- Première guerre démoniaque
- Campagne de Filranmel
- Campagne Verte
- Campagne des immaculés
- Campagne d'Auersdatte

Batailles Historiques

H1 drapeau de la garde 2.png

- Bataille des dunes (prise d'herobrine valley)
- Bataille du bourg-embresse
- Bataille du fortin[7] [8] [9]
- Bataille de Feu
- Bataille du mur (Kel'Daer)
- Seconde bataille de kel daer
- Grande offensive de Kel Daer
- Bataille de Mousse-tache
- Bataille de Saulême Tolwhig
- Bataille de Towlhig
- Prise de Tolwhig
- Bataille de Birak-Heim
- Opération "sable rouge"
- Bataille de la colline 404
- Bataille des précipices
- Bataille du mont-des-larmes
- Bataille de sainte-hécate
- Bataille du sillon-des-anges
- Bataille de Tamur
- Bataille des Colonnes
- Bataille des Cendres
- Bataille de la Vallée Rouge
- Bataille de Haltebois
- Bataille de la sainte-cité
- Bataille de Maringo
- Bataille de Haussecol
- Bataille des cent-bûchers
- Bataille de Port-Arthur
- Bataille de la colline 420
- Bataille de la crête d'Eséparge

Histoire

Uniforme de Hussard avant la Garde Volontaire

Formation

La Garde Volontaire tire ses origines du 22e de Cavalerie, régiment de volontaires constitué durant la guerre civile ayant opposé l'Empire et le Nivem. A la fin de la guerre, le 21e ayant subi de nombreuses pertes et perdu son commandant, il est dissout et un nouveau régiment est formé à partir de ses survivants et sous la direction du capitaine Pencroff : le 22e de cavalerie. Il se stationne dans la vallée d'Herobrine (au sud de Stendel) après y avoir délogé d'anciens combattants nivemis retranchés lors de la Bataille des dunes, et y bâtit une caserne (Fort Herobrine)[10]. L'endroit n'est pas choisi au hasard, puisque l'objectif est de séparer les territoires nivemis de l'Ouest[11] et de l'Est[12], dans le cas où un conflit éclaterait à nouveau. Au fils des ans, le régiment perd de ses effectifs, et tombe presque à l'abandon. Ce n'est qu'au bout d'une cinquantaine d'années qu'il est reformé par le Commandant Pencroff en un régiment de hussards. De nouveaux uniformes sont distribués et d'importants travaux sont alors menés, comme la rénovation et l'agrandissement de la caserne. Quatre ans plus tard, le régiment gagne en effectifs et intérêt, et décide alors de se diversifier : la Garde Volontaire est constituée. Sa mission est donnée : assurer la protection et la souveraineté des peuples impériaux. Elle regroupe alors de l'infanterie, de la cavalerie, et de l'artillerie, toujours sous la forme d'un régiment, composé en trois bataillons.

De régiment à brigade

étendard de la Garde Volontaire

Le 22 Radévard de l'an 135, le régiment de la Garde est créé sous l'impulsion du Commandant Pencroff. Trois bataillons sont alors fondés, un d'infanterie, de cavalerie et d'artillerie, avec à leurs têtes trois capitaines. Ce régiment, de part ses effectifs réduits, se concentre dans des tâches de petite ampleur, soit la poursuite de criminels dans les confins de l'Empire. Hors, le 41 Radévard de l'an 143, une nouvelle mesure est prise par l'état-major, donnant alors à la Garde sa première grande mission : la purification des terres impériales de toute forme de magie noire[13]. A la même date, des travaux sont lancés pour ériger un pénitencier[14] dédié à l'incarcération des mages noirs arrêtés. En tant que régiment, la Garde est encore une forcée armée peu connue, et peu puissante. Son budget est faible, les troupes sont donc mal armées, mal nourries, et parfois mal entraînées. Cependant, durant cette période, des travaux sont menés sur son unique territoire : la Vallée d'Herobrine. La caserne, aussi appelée Fort Herobrine, est reconstruite[15] dans son intégralité de 152 à 154.

Aux environs de l'année 162, il est décidé par l'état-major de rénover le port Nord du territoire. Cette rénovation va se voir accompagnée d'un tout nouveau projet, mené à l'initiative du Commandant Pencroff et du Capitaine Zorn : la construction d'une forteresse. Sa construction s'étale de 163 à 166, date à laquelle canons et hommes peuvent prendre logement dans l'édifice. Enfin abouti, le projet est une totale réussite. En vue de la place à l'intérieur d'une telle place-forte, il ouvre alors la possibilité au recrutement de bien plus d'hommes. La même année, l'état-major décide donc la construction de deux autres forteresses, réparties en frontière de la Vallée d'Herobrine, et reliées entre elles par des murailles. Sur une décision du Capitaine Zorn et du Lieutenant Thalkion, les ruines de la forteresse au Sud-Est du territoire sont rénovées. L'objectif de ce chantiers est de fortifier l'ensemble du territoire, pour que la Vallée d'Herobrine devienne dans son intégralité une caserne : le Fort Herobrine.

L'année suivante, le 9 Mimélune de l'an 167, en raison d'une augmentation drastique des effectifs, la Garde est agrandie, et devient une brigade, soit un ensemble de plusieurs régiments. A la même époque, une forteresse est terminée, deux autres sont sur le point de l'être aussi. Ainsi, il est décidé de d'abord attribuer un régiment pour chaque corps d'arme, répartis dans les trois forteresses abouties. Plus tard, quand la quatrième serait terminée, un autre régiment d'infanterie serait créé pour y être stationné. Du moins, ces plans imaginés par l'état-major sont vite stoppés. Au début de l'an 169, alors que seule la forteresse du Port Sud de Fort Herobrine est encore en chantier, la Bataille de Feu, qui voit l'affrontement entre les troupes de la Garde et le jeune dragon Pryftan, ravage l'ensemble du territoire Sud. Même si la bataille est gagnée, les dommages sont lourds pour la Garde. Murailles, port et forteresse se voient brûlés et fondus. Plusieurs centaines d'hommes y perdent aussi la vie. Par manque de moyen, il est seulement décidé de rénover le Port Sud. Les ruines des fortifications tout autour sont elles laissées à l'abandon.


De brigade à division

La Garde ne reste pas longtemps une brigade. Cette courte période, d'une dizaine d'année, est marquée par un vif recrutement et de nombreuses rénovations dans tout le Fort. Le 38 Lérolia de l'an 175, le Général Pencroff, retenu en capitale par ses nouvelles fonctions de chevalier, nomme le colonel Ghideon Zorn général de brigade. Dans la même année, suite à la réputation des forteresses et troupes de la Garde, le royaume de Tolwhig, dont le roi Cauko était officier de la Garde, en commande trois pour son territoire afin d'en assurer la sécurité. L'emplacement de la première est décidé, et un régiment de cavalerie est créé pour y être stationné dans le futur.

Au cours de l'année 178, les accords avec l'Arsenal de Middenheim se multiplient, et les relations entre la Garde et la flotte sont excellentes. Il faut dire que l'Amiral Wariow est également capitaine de la Garde à titre honorifique depuis de nombreuses années. Au cours du mois de Radévard, des pourpalers sont engagés entre les deux puissances quant à une possible militarisation de l'Arsenal au profit de la Garde. Présentée par l'Amiral, l'idée est de doter de la Garde de la totalité de sa flotte, dont l'équipage serait alors constitué de gardes, formés à la vie en mer. Les discussions se poursuivent jusqu'au 1er Pénavard de l'an 178, date à laquelle le Général et Chevalier d'Empire Pencroff annonce le passage de la Garde en division au cours d'un discours galvaniseur au balcon du commandement. La Garde se voit alors constituée d'une brigade terrestre, dirigée par le Général Zorn et d'une brigade navale, dirigée par l'Amiral Wariow. Sa puissance militaire s'étend désormais sur terre comme sur mer. Si pendant longtemps, ses troupes désorganisées et peu équipées ont été cibles de railleries de tout l'Empire, elle est à cette date au commencement d'une expansion militaire à grande échelle, bâtie sur une réputation obtenue par la poudre et le sang.


De division à corps d'armée

Les troupes de la Garde en route pour Kel'Daer, an 187

Le passage en division marque une nouvelle ère pour la Garde. D'un point de vue militaire, ce développement représente la possibilité d'agir bien plus vastement. La flotte s'étendant sur tous les mondes colonisés par l'Empire, la Garde peut désormais poursuivre sa mission sur toutes les terres impériales. Ainsi, aux environs de l'an 179, la traque des mages noirs est accrue, et la prison de Terre-Morne voit affluer devant ses portes des centaines de nouveaux prisonniers qui seront pour certains ensuite mis à mort.
A la même époque, des missions minières sont menées sur Novum, et de nombreuses ressources sont acheminées jusqu'à Fort Herobrine. De plus, de part l'agrandissement de la Garde, son budget se voit lui aussi être plus haut. Ainsi, autour de l'an 180, pour la première fois depuis sa création, les coffres de la Garde sont remplis. Ce budget est ainsi alloué dans la mise en place de nouveaux travaux, et dans le développement de l'armement militaire tel que l'artillerie. Il est par ailleurs décidé d'agrandir le commandement, en lui rajoutant deux annexes. L'une, dédiée à la réception, et l'autre dédiée à une salle de veille pour les officiers. Trois ans plus tard, en l'an 183, le chantier est achevé.

Toujours en 183, de nouvelles unités voient leur apparition dans les troupes de la Garde. Chaque corps d'arme se voit pourvu d'une unité d'élite : grenadiers, hussards et ingénieurs. S'ajoute à cela le recrutement de mages, pour accentuer la traque des mages noirs, et mieux assurer la sécurité de Terre-Morne. Pour l'état-major, cette réforme est l'occasion de commencer à diversifier les troupes de la Garde, avec des missions spécifiques à chaque unité. Ainsi, trois ans plus tard, le 26 ¨Pampélune de l'an 186, les régiments de la brigade sont restructurés. L'infanterie est divisée en trois unités (fusiliers, chasseurs, et sapeurs), la cavalerie en deux (cuirassiers et chevau-légers) et l'artillerie en une (artilleurs). Des uniformes sont créés pour chacune de ces unités, à l'instar de l'ancien modèle, qui était le même pour tout le monde. Chaque unité dispose alors de son propre régiment, mise à part les unités d'élite, qui ne sont représentées qu'à l'échelle de compagnies.

Le mois suivant, en Fifrélune, une rencontre entre le mage Shrui, devenu chevalier d'Empire, et le Général Ghideon Zorn est organisée au commandement. Cet entrevu est l'occasion pour le jeune général de ressortir un vieux projet à lui. Engageant alors la parole de la brigade terrestre, il propose au mage l'aide de la Garde dans les combats opposants les Houanders et les démons, dans les lointaines plaines glacées de Kel'Daer. Ainsi, le 37 Fifrélune de l'an 186, les préparatifs pour la Campagne de Kel'Daer sont lancés. Pour cette campagne, un nouveau régiment de fusiliers est créé, le deuxième d'infanterie, placé sous les ordres du capitaine Montbrun. Pour l'épauler, des compagnies de sapeurs et cuirassiers sont désignées. Enfin, le Général Zorn nomme le colonel Jihair à la tête des opérations. En l'an 187, l'ensemble des effectifs de campagne quittent la caserne en direction des terres du Nord, accompagnés de l'état-major de la Garde, du chevalier Stalroc, et de troupes de soutien pour appuyer la prise de positions dans Kel'Daer. Après des semaines de trajet, la première phase de la campagne est engagée : la Grande Offensive. La réussite est totale, et les troupes de campagne prennent leur position dans la ville glacée. Elles sont laissées sur place, et l'état-major retourne vers Fort Herobrine. Hors, au fils des mois, les opérations stagnes. Pire, les lignes démoniques n'ont pas reculées, et en l'espace d'un an, la moitié des effectifs engagés sur place a été décimée. L'état-major prend alors la décision de ne pas relever le 2e d'infanterie, pour éviter de démoraliser les troupes stationnées au Fort. A la place, des recrues sont continuellement affectées au 2e et envoyées sur le théâtre d'opérations, pour éviter la débâcle.

En l'an 195, suite à la nomination du Général Pencroff comme Gouverneur et Maréchal d'Empire, celui-ci nomme le Général Zorn à la tête de la Division, et le Colonel Thalkion à la tête de la brigade terrestre. La nouvelle prise de responsabilités du Général Pencroff au sein de l'Empire est l'occasion pour la Garde de renouveler son attachement à la puissance impériale.

Le 54 Lérolia de l'an 198, la Prison de Terre-Morne est détruite par la Garde dans une explosion de poudre et feu grégeois, après que des mages et mercenaires y soient venus pour tenter de libérer les prisonniers. Cette opération militaire, réalisée à l'initiative du Général Zorn, se voit couronnée d'un grand succès, avec la mort d'une dizaine de chefs hérétiques. Plus tard, une demande de crédits sera demandée à l'Empire pour reconstruire la prison, demande validée par le gouverneur Squirkiz.

Enfin, le 1er Agrevent de l'an 207, il est décidé de faire passer la Garde en Corps d'Armée, constitué d'une division terrestre et d'une division navale. Cette décision repose sur la levée de nouveaux régiments suite à plusieurs événements, tels que l'apparition de l'Empire Aquilae, hostile au seul et unique Empire, la reconstruction proche de la prison de Terre-Morne, et la reconstruction de la forteresse du port Sud, détruite des années plutôt par le dragon Pryftan. Plusieurs réformes structurelles suivent le passage en Corps d'Armée. L'artillerie est entièrement réformée. Forgée à l'Arsenal de Middenheim, elle est alors composée en plusieurs catégories, comme de l'artillerie de campagne, de siège et de forteresse. Les régiments passent eux sous la direction de commandants, et non plus de capitaines, et au sein de chaque division, des brigades de combat (ou flottes) sont composées, sous le commandement de généraux de Brigade.


De corps d'armée à armée

En Mériola de l'an 241, le bataillon d'exploration de la garde, envoyé en reconnaissance au sud des frontières impériales, découvre une colonne de troupes inconnues avançant en direction des terres impériales. Sans se compromettre, le bataillon observe pendant quelques temps cette force inconnue, et est témoin d'exactions terribles commises par la colonne lors de la capture et la mise à sac d'un village. Un rapport est immédiatement envoyé au Grand Quartier Général: l'alerte est donnée.

Face à cette menace, aussi sérieuse qu'impromptue, il semble évident que la garde volontaire, par sa positions stratégique au sud de Stendel, sera en première ligne de défense en cas de tentative d'invasion par cette colonne ennemie. Conscients de leur devoir et de la lourde responsabilité qui est la leur quant à la protection des populations civiles impériales, les généraux de la garde décident d'engager le corps d'armée terrestre dans son intégralité. Pour la première fois, la Vieille Garde figure à l'ordre de bataille. Les généraux du GQG sont réunis pour préparer leur ligne de défense, aidés du Maréchal Pencroff, dépéché depuis la capitale.
Le bataillon d'exploration, rejoint par le colonel Darkalne, poursuivait sa mission de reconnaissance.

Quelques jours après la mise en alerte des troupes, l'état-major achève son plan de bataille: la Campagne des frontières pouvait commencer.
Par un habile stratagème, visant à piquer l'ennemi avec le bataillon d'exploration pour forcer une poursuite, la garde parvint à attirer ses ennemis sur ses positions fortifiées de Fort Herobrine, où s'étaient rassemblées près de 24 000 hommes, soit l'ensemble des troupes combattantes. La colonne ennemie se présenta dans la Plaine de Birak-Heim au dernier jour de Mériola, et se disposa en ordre de bataille. Aucun combat n'eut lieu ce jour là, mais la nuit fut mouvementée pour les deux camps, qui échangèrent plusieurs tirs de canons provocateurs.

Au lendemain, la Bataille de Birak-Heim se déchaina dans la plaine. De violents combats entamèrent sérieusement les lignes défensives de la garde, qui perdirent leur première puis leur seconde ligne de tranchées. De farouches corps-à-corps eurent lieux en tous points du champ de bataille, sous les tirs nourris des canons et les volées de mousquetade. Vers midi, voyant que la situation devenait critique, le général Ghideon Zorn fit donner la vieille garde, dont la charge figea les troupes ennemies et paralisa leur avancée. Reprenant l'initiative, la garde engagea alors sa réserve de cavalerie qui culbuta les forces ennemies et força ces derniers à la retraite jusqu'à leur avant poste. Ce dernier, qui n'était pas prévu pour être défendu, tomba rapidement sous la pression combinée de l'infanterie menée par les généraux Zorn, Thalkion en Wendy avec la cavalerie menée par le général Pencroff. Au crépuscule, la bataille de Birak-Heim fut définitivement remportée par la garde volontaire, mais plus de la moitié des troupes étaient hors-combat.

Les jours suivants furent le théatre de deux autres combats, moins importants et décisifs, qui achevèrent de défaire les forces d'Asayaka, belligérant qui venait de se révéler et dont on ne savait rien jusqu'alors.
Les généraux de l'armée d'Asayaka, également appelée Légion de l'aurore, avaient été capturés à Birak-Heim: ils furent conduits devant le conseil de guerre.

Malgré leur violation des lois de la guerre, par l'assaut sans déclaration de guerre au préalable, les généraux de la légion de l'aurore furent épargnés. Une chance leur fut laissée d'expliquer leurs motivations: ces derniers expliquèrent alors comment, chassés de leur pays natal par des dragons, ils avaient été réduits à l'errance et au pillage pour subsister et faire subsister leur peuple: à la colonne armée se joignait en effet une colonne de civils, vieillards et enfants, qui ne survivait que par les prises de guerre de la légion. Puisque les exactions commises par les troupes d'asayaka n'avaient pas eu lieux en terre impériale, il fut choisi de ne pas leur en tenir rigueur. Ils furent cependant réduits à l'asservissement militaire; mais la garde se montra magnanime: en échange de leur ralliement et de leur loyauté, ainsi que d'avantages commeciaux exclusifs, elle les aiderait à reprendre leurs terres.

Il fallut cependant plusieurs années pour que cela ne soit possible: la garde ayant en effet perdu de nombreux soldat, il était nécessaire de regonfler les rangs avant de s'engager dans quelque campagne. de l'an 241 à 246, les troupes d'asayaka furent installées dans le village de Montebello, rasé pendant la bataille de birak-heim et qui leur servait de camp. La garde, elle, garnissait de nouveau ses régiments pour se préparer au combat.

En l'an 246, un corps expéditionnaire, commandé par le général Jihair et l'amiral Wariow fut envoyé au delà des mers en direction de l'ile d'Asayaka. Le corps, qui était en réalité une division d'infanterie de la garde renforcée par les troupes d'asayaka et par des éléments non-organiques de cavalerie et d'artillerie, s'engagea donc dans la Campagne d'Asayaka.
Cette campagne opposa la garde volontaire et la légion de l'aurore à la colonie de dragons qui avait pris possession de l'ile. De nombreux combats parsemèrent la progression des troupes du général Jihair, comme la bataille de middeway, la bataille de la colline rouge, la bataille de la colline 404 ou encore la bataille du précipice.
A la fin de l'année 247, le corps expéditionnaire remporta la Bataille du mont-des-larmes, victoire décisive qui poussa les dragons à abandonner l'ile. La campagne s'acheva sur une victoire éclatante, qui fut mise au crédit du général Jihair et de l'amiral Wariow, héros de la campagne.

Après cette victoire, la légion de l'aurore fut dissoute et la population civile d'asayaka put réinvestir l'ile. La famille royale d'Asayaka fut remise sur le trône, et comme convenu, cet état fraichement ressuscité se rallia à la cause impériale. Les ports de l'ile d'asayaka furent ouverts sans taxes aux vaisseaux impériaux, et d'importantes détaxes sur l'importation et l'exportation furent mises en place. De nouvelles troupes furent formées sur le modèle des troupes de la gare volontaire, et furent stationnées sur l'ile pour en assurer la défense, tout en restant mobilisables par la garde. De nombreux soldats, réformés, ne s'installèrent pas sur l'ile et s'engagèrent dans la garde volontaire. Au premier mois de l'an 248, le général Jihair, l'amiral Wariow, les troupes, la flotte et les nouveaux volontaires revinrent à Fort Herobrine et débarquèrent au port sud.
Ils y furent célébrés avec les honneurs, et le général Jihair, stratège de la campagne, fut nommé "Colonel-Général des cuirassiers", titre honorifique qui allait de pair avec son surnom de "Général de fer".

De l'an 248 à l'an 250, il fut fortement envisagé de poursuivre la montée en puissance de la garde volontaire, afin de la rendre toujours plus apte à affronter seule tous les ennemis qui se présenteraient à elle.

L'armée

Blason de l'alliance de la Grande Armée

En l'an 250, suite aux campagnes de Birak-Heim et d'Asayaka qui avaient sérieusement éprouvé les troupes de la garde, l'état-major se décida à préparer le passage des forces de la garde volontaire à l'échelon supérieur. pendant plusieurs mois, un nouvel ordre de bataille fut donc mis en place pour faire muer le d'un corps d'armée vers une armée.

En l'an 251, après plusieurs mois de travail, le passage devint effectif. Les forces terrestres devinrent un corps d'armée composé de divisions autonomes, et les forces navales devinrent un ensemble de flottes et d'escadres.

Entre 251 et 252, la 2e division de la garde, commandée par le général Suljii, est déployée aux cotés de la Division Bonaventure lors de la Campagne de Filranmel. C'est la première campagne de grande échelle menée par la 2e division de manière relativement autonome. Ses troupes s'illustrent lors de la Bataille de Sainte-hécate, lors de la bataille du Sillon-des-anges, et enfin lors de la prise de la cité de Tamur. Particulièrement éprouvées par les combats, les unités du général Suljii ne s'en sont pas moins couvertes de gloire. Tous les gardes ayant participé au conflit sont décorés de la croix de guerre.

Le 41 Mériola de l'an de grâce 256, la Garde Volontaire formait une alliance avec le Royaume de Dolgarund. Cette alliance, qui allait désormais porter le nom d'Alliance de la Grande Armée, posait les bases des relations interarmes de la Garde.

Suite à son récent changement d'échelon et peu de temps après la formation de l'alliance de la Grande Armée, dans le courant des années 260, la garde se lança dans une série de manœuvres visant à tester et à éprouver son opérabilité, ainsi qu'à entraîner ses forces à des mouvements de plus en plus complexes et aux stratégies à l'échelle du corps d'armée. Mobilisés par ces exercices grandeur nature, les soldats de la garde n'en délaissèrent cependant pas leurs devoirs auprès des populations civiles, et les patrouilles sur les routes furent renforcées.

Un redécoupage territorial des secteurs attribués aux unités de gendarmerie à pieds et de gendarmerie à cheval fut également effecté, facilitant la repression du brigandage et poursuivant les efforts de la garde pour sécuriser le sud de Stendel, ou l'imposante prison de Terre-Morne n'allait bientôt plus suffire pour tenir aux arrêts les bandits dont les captures se faisaient de plus en plus nombreuses.
Dans le but de faire baisser la pression sur le pénitencier stendelien, l'Amiral Wariow suggéra la construction d'un bagne isolé dans le nord de New-Stendel; terres glacées dont le simple climat pouvait prévenir à lui seul toute tentative d'évasion. Ainsi fut lancée la construction du Bagne de Mirovitch, véritable fort des glaces qui devait également servir à des essais architecturaux.

Entre 265 et 266, un corps d'armée provisoire fut formé par la garde et confié au général Wendy Marvel afin de s'adjoindre au Corps des Maréchaux lors de la Campagne des immaculés. C'était alors la première fois que la garde volontaire engageait dans une campagne une unité de la taille d'un corps d'armée, et de fait la première fois que la garde mettait en oeuvre ses stratégies de division des forces. Grâce à l'excellent esprit tactique de la générale Wendy Marvel, le corps exécuta toutes les missions qui lui furent confiées. Pendant plusieurs mois, les deux divisions formant le corps s'illustrèrent dans différentes batailles et escarmouches contre les forces de l'église de la veine-noire et celles du royaume de Fersen. La campagne fut un succès total, et la garde venait de franchir un nouveau cap dans son opérabilité.

Pour la première fois donc, un corps d'armée de la garde opérait en autonomie. Mieux: épaulant le corps des maréchaux, la garde venait de s'essayer à l'emploi en synergie de plusieurs corps; et le succès de la campagne fut également celui de la stratégie que les maréchaux Ghideon Zorn et Pencroff avaient théorisé à partir du fonctionnement des divisions de la garde. Forts de ce succès, les maréchaux et l'état-major de la garde entamèrent en secret une grande réforme des forces terrestres, sur laquelle ils allaient travailler pendant les années suivant la campagne.
Cette réforme devait se traduire par la levée de nouvelles troupes avec la réçente militarisation de Tolwhig et de Novi et le concours de volontaires toujours plus nombreux désireux de servir sous les drapeaux. Avec cette levée de troupes, la garde comptait opérer une montée en puissance des divisions de sorte à les pousser à l'échelon de corps d'armée. Outre ces changements d'échelle, il devint également nécéssaire de réformer entièrement les états-majors de la garde et ses armes organiques, à commencer par l'artillerie.

L'ordre

Référentiel Interarme Pencroff 278

Après de longues années de travail, favorisée par la paix générale qui régnait sur le territoire de Stendel et par les menues campagnes qu'elle menait hors des frontières impériales, la garde arriva enfin à son objectif.

En l'an de grâce 275, elle opéra une série d'évolutions structurelles, stratégiques, tactiques et organiques en seulement quelques jours. Cette transformation soudaine de l'arme fut alors désignée comme la Grande Réforme de 275. De nombreux régiments d'infanterie et de cavalerie furent créés sur les territoires de la garde. Ces régiments furent regroupés en trois corps d'armée composés de deux divisions d'infanterie et d'une division de cavalerie ainsi que d'éléments organiques d'artillerie. L'arme de l'artillerie fut d'ailleurs complètement réformée selon le "modèle Zorn 275" qui révolutionnait à la fois son emploi et sa gestion. De plus, la garde, qui était alors une armée, devenait un ordre consulaire dirigé par le 1er consul Ghideon Zorn, et qui rassemblait à la fois l'armée de la garde, sa marine et l'ensemble de ses territoires civils. Un conseil consulaire fut créé, et l'ensemble des états-majors de la garde furent réformés de sorte à rendre l'armée la plus efficace et la plus inébranlable sur les plans tactiques et stratégiques.

Nouveaux échelons mixtes, nouvelle structure optimisée, levée de troupes et accélération logistique furent les mots clefs de ce qui devait faire de la garde une machine de guerre plus rapide et plus féroce que toute autre.
Forte de sa longue expérience guerrière, de ses nombreuses campagnes et de son organisation inégalée; la garde se rapprocha plus que jamais de son objectif d'assurer une paix totale et définitive pour les populations civiles, au dessus desquelles s’élevait à présent un bouclier de géant.
Le 40 Panévard de l'an 275, passant les troupes des nouveaux corps d'armée en revue, le maréchal Zorn eut ces mots au maréchal Pencroff: "L'aube a été longue, mais ce zénith, lui, sera éternel".

En 278, l'état-major général de la Garde reçoit à Fort Herobrine les dignitaires de la République de Freiwald afin de mettre en place un traité de paix, et poser les bases d'une coopération militaire. Cette réunion donne naissance au Traité des frontières, et pose les bases d'une nouvelle relation interarme entre les deux puissances. Afin de faciliter de possibles futures opérations conjointes, la Garde et la république de Freiwald s'accordèrent à entreprendre des manœuvres d'exercice mettant leurs forces à l'épreuve dans une coopération opérationnelle grandeur-nature. Pour faciliter le commandement des forces et leur action en synergie, le maréchal Pencroff met en place un référentiel de sigles destiné à représenter les types d'unités sur les ordres de batailles et les cartes de campagne. Ce référentiel, nommé RIP-278 pour "Référentiel Interarme de Pencroff, version 278" fut ensuite présenté aux armées de Freiwald. Outre ces considérations tactiques, La garde et la République s'ouvrirent également leurs ports, afin de faciliter le transit et le ravitaillement de leurs flottes militaires respectives. Enfin, un programme d'échange d'officiers de liaison et d'élèves officiers entre les diverses écoles militaires du traité furent organisé.

Composition de la garde

Article détaille: Ordre de bataille de la garde volontaire, Liste des régiments terrestres de la Garde Volontaire, Liste des unités navales de la Garde Volontaire

Etat-Major de la Garde Volontaire

Le Grand Quartier Général, ou GQG est l'ensemble de l'administration et de la direction de la Garde Volontaire. Stationnés pour la plupart au commandement de Fort Herobrine, ces bureaux sont en charge de l'organisation de de la Garde et de son bon fonctionnement. S'y distingue, même s'ils partagent une mission similaire, le Quartier du Général en Chef et l'Etat-Major général de l'Armée.
Le Quartier du Général en Chef regroupe tout le personnel attaché au Maréchal Zorn, au commandement comme sur le champ de bataille. On y retrouve son cabinet, constitué d'un service topographique et des archives, et son état-major, qui regroupe son personnel le plus précieux.
L'État-major général de l'armée sert de poste de commandement à toute la Garde. C'est d'ici que partent les ordres. S'y retrouve notamment les états-majors de tous les généraux de la Garde. Il se divise en deux bureaux principaux, le cabinet de l'armée et l'état-major de l'armée. Le premier est en charge de tout l'administratif, et le deuxième a pour mission de faire parvenir les ordres des officiers généraux aux troupes à travers tout l'Empire.
Outre ces différents services, il existe également un Etat-Major de liaison des Forces Impériales. Basé dans "l'antenne impériale", un bâtiment situé dans l'enceinte du GQG; l'état major de liaison avec les forces impériales est chargé de faire la jonction entre l'empire et la garde volontaire. Commandé par le Maréchal Pencroff, cet état-major est avant tout une unité administrative.

Garde d'élite

La "Garde d'élite" est une unité d'échelon divisionnaire de la Garde Volontaire dépendant directement de l'état-major Général de la Garde. La Garde d'élite regroupe les meilleurs éléments de la Garde Volontaire issus de toutes les unités combattantes et servant la plupart du temps de réserve ou de forces de choc. Surnommée la "Vieille Garde" du fait de l'ancienneté de ses membres, cette unité se distingue par sa grande combativité et son excellence opérationnelle. Polyvalente et aguerrie, sa présence sur un champ de bataille suffit souvent à galvaniser les troupes alliées et à semer l'effroi chez les adversaires.

Armée de la Garde

Article détaille: Liste des régiments terrestres de la Garde Volontaire, Ordre de bataille de la garde volontaire
Les forces terrestres de la garde sont composées de six "grandes unités".

- Le "Premier corps d'Armée", également appelé "Le premier torrent".
Commandé par le général Jihair Glavalis, ce corps est une unité de combat autonome, c'est à dire une petite armée capable de s'auto-suffire en campagne.
Il est composé de 7 régiments d'infanterie de ligne, 2 régiments d'infanterie légère, 3 régiments de cavalerie ainsi que plusieurs éléments organiques d'artillerie, de génie et du train.
Il peut être renforcé, dépendamment du contexte, par des éléments de la réserve de cavalerie, du parc d'artillerie ou de la réserve de l'armée.
Le premier corps d'armée a pour réputation d'être composée des gardes les plus aguerris et les plus combatifs de la garde, à l'image de son général qui s'y est forgé une solide réputation et y a acquis le surnom de "Général de fer".


- Le "Deuxième corps d'Armée", également appelé "Le second torrent".
Commandé par le général Thalkion, ce corps est une unité de combat autonome, c'est à dire une petite armée capable de s'auto-suffire en campagne.
Il est composée de 8 régiments d'infanterie de ligne, 2 régiments d'infanterie légère, 3 régiments de cavalerie ainsi que plusieurs éléments organiques d'artillerie, de génie et du train.
Il peut être renforcé, dépendamment du contexte, par des éléments de la réserve de cavalerie, du parc d'artillerie ou de la réserve de l'armée.
Si le deuxième corps d'armée est composé d'unités d'infanterie plus jeunes et moins expérimentées que le premier, il a la réputation d'avoir la meilleure cavalerie légère de l'armée, et est mené par un général d'expérience, l'ayant rapidement mené sur un chemin de gloire et de lauriers.


- Le "Troisième corps d'Armée", également appelé "Le troisième torrent".
Commandé par le général Darkalne, ce corps est une unité de combat autonome, c'est à dire une petite armée capable de s'auto-suffire en campagne.
Il est composée de 8 régiments d'infanterie de ligne, 1 régiment d'infanterie légère, 4 régiments de cavalerie ainsi que plusieurs éléments organiques d'artillerie, de génie et du train.
Il peut être renforcé, dépendamment du contexte, par des éléments de la réserve de cavalerie, du parc d'artillerie ou de la réserve de l'armée.
Bien que la première division du troisième corps d'armée soit jeune et peu expérimentée, sa seconde division est elle composée de vétérans du royaume de Belvy, ayant participés à la Campagne Verte et réputés pour être équivalents à de l'élite. Le surnom de "Jeune Garde" leur sera d'ailleurs rapidement donné par leurs confrères gardes.


- Le "Corps de Cavalerie", également appelé "L'avalanche".
Commandée par le maréchal Pencroff, ce corps est une unité uniquement montée, composée de cavalerie lourde et de cavalerie de campagne.
Il est composé de 4 régiments de cuirassiers et 4 régiments de dragons ainsi que plusieurs éléments organiques d'artillerie.
Ce corps sert principalement à renforcer les trois corps d'armée, principalement lors de batailles en y formant une "réserve de cavalerie".


- La "Garde d'élite". Commandée directement par l'état-major de la Garde Volontaire, la garde d'élite regroupe les unités les plus aguerries, courageuses et combatives de toute la garde.
Regroupée en une Vieille Garde et une Moyenne Garde, elle joue souvent un rôle décisif lorsqu'elle est impliquée dans un conflit.
La Vielle Garde est composée des régiments de grenadiers à pieds, de chasseurs à pieds, de grenadiers à cheval et d'éclaireurs à cheval, qui sont la fine fleur des unités combattantes.
La Moyenne Garde regroupe les unités spécialisées comme les mages, les ingénieurs et les gendarmes d'élite.


- Le "Régiment d'exploration". Commandé par un colonel trop souvent remplacé pour cause de décès, ce régiment a pour but d'effectuer des missions de reconnaissance hors des terres impériales.
Il est composé de deux bataillons, chacun déployé indépendamment de l'autre et composé de manière à être polyvalent; c'est à dire d'infanterie légère et de cavalerie.
Les bataillons d'exploration sont des unités spéciales, et sont déployés en permanence. De par leur mission, il n'est pas rare que le taux de pertes dans ces bataillons dépasse les 50%.

La Flotte de la Garde

Article détaille: Liste des unités navales de la Garde Volontaire

Les Forces Navales de la garde sont composées des différentes flottes de la Garde Volontaire. Toutes les unités des Forces Navales sont commandées par l'Amiral Wariow, secondé par la vice-amirale Pimoussy. La principale mission des forces navales de la garde est de lutter contre la piraterie et le banditisme sur les mers de Stendel et de New-Stendel. Les flottes servent également à déplacer des unités terrestres d'un point à un autre des mondes et à servir de garnison dans ses différents ports d'attache.

Les forces navales de la garde volontaire sont divisées en plusieurs "flottes", grand échelon regroupant plusieurs bâtiment sous un commandement unifié. A l'heure actuelle, il existe une flotte par monde:
- La première flotte est déployée sur Stendel et est commandée par l'Amiral Wariow en personne.
- La deuxième flotte est déployée sur New Stendel.
- La troisième flotte est déployée sur Nabes.
- La quatrième flotte est déployée sur Nimps.

Les bâtiments de la flotte sont regroupés en six familles, classés par taille, du plus grand au plus petit type de navire.
- La crusader battle class regroupe les navires de types "Cuirassés".
- La Première classe regroupe les navires de type "Galions et Man'o'war".
- La deuxième classe regroupe les navires de type "Frégate et clippers".
- La troisième classe regroupe les navires de type "Corvette et bricks".
- La quatrième classe regroupe les navires de type "Schooners et avisos".
- La cinquième classe regroupe les navires de type "Sloop et gunboats".

Outre ces bâtiments, le corps d'armée naval gère également un certain nombre d'infrastructures portuaires ou cotières.
On note, entre autres:
- Le Chantier Naval de Middenheim, principal chantier naval de la garde et également principale manufacture d'armes de tous calibres.
- La Base Navale de la RCC, principale port militaire de la garde sur Nabes.
- Le Bagne de Myrovitch, colonie pénitenciere située au nord de New Stendel.
- Le Fort Evher, forteresse maritime située sur Nimps.

Organisation et Structure

Article détaillé: Terminologie de la Garde Volontaire

Grades de la Garde Volontaire

La garde volontaire est une force armée structurée suivant une hiérarchie méritocratique. Les grades de la garde volontaire sont les suivants, par ordre d'importance:

Les gardes de la garde 3.png



Le grade de soldat de 2e classe est ouvert à tous les volontaires rejoignant la garde sans formation préalable. Il n'y a pour prérequis que de survivre à la période des classes.
Les grades de troupe, de soldat de 1ere classe à brigadier, s'obtiennent par avancement au mérite à partir du grade précédent.
Les grades de sous-officiers, de sergent à sergent-major, s'obtiennent par avancement au mérite et à l'ancienneté, sous condition d'avoir un niveau d'instruction raisonnable.
Le grade d'adjudant s'obtient par sélection parmi les sergents majors les plus expérimentés et instruits.
Le grade de sous-lieutenant, premier grade d'officier, s'obtient après un concours suivi d'une formation à l'école militaire de Fort Herobrine (les élèves ont le grade d'aspirant).
Les grades d'officiers subalternes, de lieutenant à capitaine, s'obtiennent par avancement au mérite. à partir du grade précédent.
Le grade de commandant, premier grade d'officier supérieur, s'obtient sur sélection parmi les capitaines brevetés d'état-major.
Les grades d'officiers supérieurs, de lieutenant-colonel à colonel, s'obtiennent par avancement au mérite. à partir du grade précédent.
Le grade de général de brigade, premier grade des officiers généraux, s'obtient par nomination par l'état-major général.
Les grades de généraux, de général de division à général d'armée, s'obtiennent également par nomination.

Les différentes unités

Article détaillé: Terminologie de la Garde Volontaire

Infanterie

Infanterie.png

Infanterie de Ligne
- Fusiliers de ligne
- Grenadiers
- Voltigeurs

Infanterie légère
- Chasseurs a pieds
- Carabiniers
- Voltigeurs

Infanterie spécialisée
- Sapeurs
- Gendarmes

Cavalerie

Cavalerie legere.png Cavalerie lourde.png

Cavalerie légère
- Hussards
- Chevau-légers

Cavalerie de ligne
- Dragons
- Chevau-légers lanciers

Cavalerie lourde
- Cuirassiers

Artillerie

Artillerie.png
- Artillerie légère de campagne
- Artillerie lourde de campagne / de siège
- Artillerie de forteresse

Soutien

Genie.png TrainEquipages.png
- Unités du train
- Unités médicales
- Unités du génie
- Unités d'instruction

Elite

- Grenadiers à pieds de la garde d'élite, infanterie de choc
- Chasseurs à pieds de la garde d'élite, infanterie légère
- Grenadiers à cheval de la garde d'élite, cavalerie lourde
- Eclaireurs à cheval de la garde d'élite, cavalerie légère

Les uniformes

UniformesBase2.png

Les soldats de la garde arborent une large variété d'uniformes, dont les attributs permettent de distinguer simplement à quelle unité appartiennent les soldats et quel est leur grade. Chaque uniforme varie donc d'une unité à l'autre, en fonction de son utilisation. certains éléments d'uniformes sont également issus des traditions de la garde.

Malgré les disparités inhérentes aux nécessités de distinction, tous les uniformes de la garde partagent des éléments communs:

- Les couleurs bleu, blanc et rouge, emblématiques de la garde, sont communes à tous les uniformes.
- - - En règle générale, le bleu est utilisé pour les vestes, habits, manteaux et dolmans.
- - - En règle générale, le blanc est utilisé pour les pantalons, tous corps confondus.
- - - Enfin, en règle générale, le rouge est utilisé pour les attributs et les parements des uniformes.

- Les gardes volontaires partagent également une coiffe emblématique: le tricorne.
- - - Toutes les troupes de ligne portent le tricorne à liseré blanc, également distribué aux unités dotées de casques comme "coiffe secondaire".
- - - Toutes les troupes de la garde d'élite (vieille garde et moyenne garde) portent le tricorne à liseré rouge.
- - - Tous les officiers supérieurs et officiers généraux portent le tricorne à liseré doré.

- Les armures, cuirasses et la plupart des armes sont produites pour la Garde Volontaire par l'armurier "Le cuirassier".

Personnalités liées à la Garde

Les généraux

Maréchal Pencroff, Fondateur de la garde volontaire et inspecteur général, colonel-général de la cavalerie.

Maréchal Ghideon Zorn, commandant en chef de la garde volontaire, colonel-général de l'infanterie.

Général de corps d'armée Wendy Marvel, Major-général de l'armée, colonel-général de l'artillerie.

Amiral Wariow, commandant des forces navales de la garde volontaire.

Général de corps d'armée Jihair, commandant du 1er corps d'armée, colonel-général des cuirassiers.

Général de corps d'armée Thalkion, commandant du 2e corps d'armée, colonel-général de la gendarmerie.

Général de corps d'armée Darkalne, commandant du 3e corps d'armée, colonel-général des dragons.

Général de division Suljii, commandant de la 5e division d'infanterie.

Vice-Amiral LouisVisThon, Chef d'état-major la flotte.

Contre-Amiral Pimoussy, commodore de Middenheim.

Les officiers d'état-major

Colonel Pierrot, chirurgien-major.

Lieutenant-colonel Shalaevar, mages de la moyenne-Garde.

Commandant Thomas, bataillon d'infanterie légère.

Commandant Sir_Rocky, artillerie de terre-morne.

Les officiers

Capitaine Lugnasad, hussard

Lieutenant Nafiros

Lieutenant Makiange, Voltigeurs

Sous-lieutenant Mrngstr, officier de marine

Sous-lieutenant Dudbreak, officier de cavalerie

Aspirant Fabio, élève

La troupe

Articles Liés

- Liste des régiments terrestres de la Garde Volontaire
- Liste des unités navales de la Garde Volontaire
- Ordre de bataille de la garde volontaire
- Alliance de la Grande Armée
- Terminologie de la Garde Volontaire

Trivia

- La garde volontaire est, en terme d'effectifs d'active, l'armée comptant le plus de soldats sur Stendel.

- Les couleurs de l'étendard de la garde, bleu blanc et violet, sont le symbole de l'armée (bleu), de la paix (blanc) et de l'empire de stendel (violet).

- La garde volontaire accepte dans ses rangs tous les peuples et toutes les ethnies, pour peu que les volontaires prêtent allégeance à l'empire.

- Le premier régiment de hussards est, techniquement, la plus vieille unité de la garde volontaire. Elle conserve les traditions du 22e de cavalerie.

Références et Bibliographie

- Présentation de la garde volontaire - Topic sur le forum minefield.fr
- Organisation des troupes - Topic sur le forum minefield.fr
- Les grades et fonctions - Topic sur le forum minefield.fr
- Les médailles et distinctions - Topic sur le forum minefield.fr

- Flotte Navale de la garde volontaire - Topic sur le forum minefield.fr